MVZOLIVM
 

Pourquoi vouloir organiser une fête romaine à Saint Jean de Muzols ?

Tout simplement parce que l'histoire de Saint Jean de Muzols commence dans l'antiquité et qu'elle est fortement liée aux villes et villages voisins. Petite leçon d'histoire !

 

 

 

Les fouilles archéologiques qui ont eu lieu en 2013 sur la Place Jean Jaurès à Tournon sur Rhône ont permis de découvrir tout un village gaulois avec plusieurs habitations et des forges. Un grand nombre d'objets métalliques ont été découvert : des fibules, des bracelets, des épingles, etc. Mais aussi, un morceau de céramique grecque qui prouve le commerce déjà important avec Marseille fondée en 600 avant J.-C. Il semblerait donc que le premier habitat sédentaire de Tournon sur Rhône date du Ve siècle avant J.-C.

Capture 1
Unknown 1

 

 

Le commerce se développant rapidement dans toute la vallée du Rhône, il semblerait que les grecs de marseille aient décidé de fonder un comptoir dans un lieu stratégique en face de la Table du Roy. Aujourd'hui, c'est un petit récif au milieu du Rhône mais à l'époque ces quelques pierres sont completement rattachées à la colline de l'Hermitage. Il faudra attendre le 19e siècle pour qu'elle prenne l'apparence actuelle. Le Rhône présente à l'époque donc une zone plus étroite dans laquelle il est facile d'installer un port. C'est ce que vont faire les grecs dans les années 300 avant J.-C. en fondant Mysosco.

 

 

De la fondation de Mysosco jusqu'à la fin Ier siècle avant J.-C., la zone est controlée par différentes tribus gauloises. Les rivières et le Rhône servent souvent de frontière et les gaulois installent plusieurs sites fortifiés (oppidum) qui leurs servent de capitale comme celui du Malpas au dessus de Soyons. Mais à la fin du Ier siècle avant notre ère, des tribus gauloises attaquent de plus en plus régulièrement les terres grecques de Marseille. C'est pourquoi la cité fait appel en 125 avant J.-C. à Rome qui va commencer la conquête de la Provence.

Carte gaulois
239398 1

 

 

Après la conquête du littoral méditerranéen, les romains remontent progressivement le Rhône pour affronter les Allobroges et leurs alliés. Après une première victoire en 121 avant J.-C. à proximité de la future ville d'Orange, ils poursuivent leur route vers le Nord. La bataille finale se déroule au sud de Tain l'Hermitage. Les gaulois, qui d'après les auteurs antiques seraient plus de 200 000 se massent coté Ardèche au niveau du futur village de Mauves. Ils construisent un pont de bateaux pour affronter les 30 000 romains qui viennent de franchir l'Isère. La bataille d'Isara commence ... Les romains arrivent à bloquer la très grande majorité de l'armée ennemi sur le pont de bateaux, c'est à ce moment là que le général lance ses éléphants de guerre qui effraient les gaulois. Sous la panique, le pont s'effondre entrainant la mort de plus de 120 000 guerriers. La victoire est totale. Elle permet aux romains de controler une zone qui va de Lyon à la mer Méditerranée et de Toulouse aux Alpes.

 

Une dernière révolte à lieu en 62 et 61 avant J.-C. à cause des exactions du gouverneur romain. Les gaulois se réfugient dans la forteresse du Malpas à Soyons. Les romains s'installent en face sur le plateau de Lautagne, on y a d'ailleurs retrouvé un camp retranché de près de 40 hectares. Puis ils assiègent l'oppidum et le détruise. La population est obligé de s'installer dans une nouvelle cité : Valentia (Valence). Celle-ci sera au IIIe siècle après J.-C., l'une des plus belles de la province de Narbonnaise. Durant la Guerre des Gaules (58 à 51 avant J.-C.), les tribus gauloise de la Narbonnaise restent fidèle à Rome et à César. La Paix Romaine va permettre à la région de se développer et de s'enrichir très rapidement ...

Valence reconstitution 2
Piedestal st jean

 

 

Revenons à Mysosco qui avec la conquête romaine devient Mvzolivm. Le port s'étend rapidement sur plus d'un kilomètre vers le Nord devenant ainsi le port le plus important entre Lyon et Arles. Il permet d'envoyer dans le reste de l'Empire les lingots de plomb et d'argent extraient dans les mines de Saint Barthélémy le plain. Des fouilles ont eu lieu au début du XXe siècle dans le quartier Saint Estève, la route qui y passe est posé sur le quai romain. On y a retrouvé un grand nombre de céramique venant principalement de Lezoux (Auvergne) et des morceaux de tuiles, de mosaiques, etc. C'est aussi là que l'on a trouvé le piédestal de la statue de l'empereur Hadrien qui est aujourd'hui à coté de l'église. Au milieu du IIe siècle, le trafic routier est tellement dense du coté de la Drôme que l'empereur Antonin le Pieux lance la construction de la Via Antonia qui relie Lyon à Nîmes par la rive droite du Rhône.

De nombreux autres vestiges sont disséminés dans les villes et villages voisins ... le temple d'Hercule sous la chapelle de l'Hermitage ou encore celui de Mars sous l'Eglise Saint Julien à Tournon dont il ne reste qu'un morceau de pierre gravée qui est conservé dans la cour d'honneur du Lycée Gabriel Faure. De très nombreuses bornes milliaires ont été découvertes à Tournon, Tain ou encore Erôme. Plusieurs urnes funéraires sont conservées au Château-musée de Tournon et un immense mausolée funéraire se dresse encore à la sortie nord de Sarras...

 

Les romains sont donc encore bien présent tout autour de nous ! Il suffit de venir nous voir pour en découvrir encore plus !